Wilfrid RAIMOND, « Willy » pour les enfants
Professionnel des activités physiques et du handicap
Formé & Certifié en Arts Énergétiques au Japon 
Musicien, magicien et jongleur amateur..
 
 
 
 
 
 
 
Né en 1966, Wilfrid débute l’activité physique dès l’enfance par l’escrime et le Judo. A vingt ans, il rejoint à Paris Jean-Pierre Defosse et Jean-Marc Noblot, alors pionniers du Jeet Kune Do en France. Sur les conseils de Guro Dan Inosanto lors d’un stage, il part à Londres se former au système Wing Chun sous la tutelle de Sifu Nino Bernardo, élève de maître Wong Shun Leung, lui-même élève du grand-maitre Yip Man rendu célèbre par son élève Bruce Lee.
 
Wilfrid oriente ensuite ses recherches sur le travail interne qu’il étudie au Japon, lors de longs et nombreux séjours. Grace à sa femme, Etsuko, ancienne élève de Nishino senseï, il est admis au sein de l’école Taïkishiseïkempo, une école longtemps connue des seuls experts de Bujutsu et gradés du Kyokushin. Là-bas, il est personnellement pris en main, formé et certifié (Menkyo Renshi) par Iwama Norimasa senseï, élève de maître Sawaï Kenichi, lui-même élève du grand-maître Wang Xiang Zhai, figure emblématique des arts internes et martiaux chinois.
 
Au Japon, Wilfrid enrichit pleinement son expérience en pratiquant avec nombre d’experts de « Koryu » (écoles des savoirs anciens). Il étudie notamment auprès de maître Su Dong Chen, fer de lance des arts martiaux internes chinois au Japon et référence internationale incontournable en ce domaine.
 
Intervenant dans le secteur du handicap (auprès de jeunes autistes), Wilfrid se passionne pour les méthodes pédagogiques et le fruit des recherches des neurosciences en ce domaine. De nos jours, en 2019, fort est de constater que les sciences modernes rendent bien obsolètes les approches pédagogiques dites « traditionnelles », souvent trop solennelles. Wilfrid fait résolument le choix d’une pédagogie basée sur la motricité libre et axée sur le jeu, le plaisir qu’il procure, et son efficacité incontestable comme support d’apprentissage. 
 
Il s’intéresse un temps au Systema, un art russe qui combine self-défense et santé et présente une approche pédagogique ludique. Wilfrid en retiendra surtout que, si un jouet peut constituer une arme, une arme n’est pas un jouet et que trop de diversité conduit à la dispersion. 
 
Ces dernières années, Wilfrid a eu l’honneur de collaborer avec Michel Biays, vieux loup de mer des arts martiaux français, enseignant d’escrime, qui fut un temps président de la fédération AMHE et qui est co-auteur de l’ouvrage « L’Epée Longue ». Wilfrid et son club ont eu le privilège de servir de laboratoire à Michel dans l’élaboration de sa méthode d’apprentissage du combat avec ou sans armes, centrée sur la préparation mentale, tactique et stratégique de l’individu plutôt que sur la technique. 
 
Aujourd’hui, la cinquantaine passée, Wilfrid ne prête plus guère d’intérêt aux activités d’opposition. Il a posé l’épée pour l’éventail et la flûte, et dédie sa pratique à l’entretien fonctionnel, la méditation ludique et la joie de vivre.